« Sur terrain plat, de simples buttes font effet de collines » – Karl Marx

Salut Camarade, ce texte même si son titre est tiré du Capital, n’a rien à voir avec Marx. Il illustre une question de perspective, le point de vue des collines justement. Parce que qui sait, ce que ça leur fait d’être une simple butte des fois ?

Il y a quelque chose de fascinant, je crois, dans le fait d’être une colline somme toute quelconque, mais d’être malgré tout l’une des collines les plus vues du monde.

Il y a quelque chose de fascinant, je crois, dans le fait de croire qu’une colline puisse avoir ne serait-ce qu’un court instant une conscience. Mais imaginons que celle-ci en ait une.

C’est en 1978 qu’elle a vu passer Charles O’Rear pour la première fois. Ce dernier est photographe, il travaille pour le National Geographic, et il est là à l’occasion d’un festival viticole. On est en Californie, pas loin de San Francisco. La colline a toujours été là, bien avant San Francisco, et bien avant que ça s’appelle la Californie, mais elle ne s’en vexe pas.

Le coin plait beaucoup à Charles O’Rear. Il s’y installe.

Il se prend de passion pour les vignes.

La colline, elle, perd ses vignes. C’est un coup du phylloxera. Tous les ceps sont déterrés. De fait, quand Charles O’Rear la photographie un jour de 1996, depuis l’ autoroute, elle est recouverte d’une herbe ondoyante.

Sa photo il la nomme « Bucolic Green Hills », il l’édite sous Photoshop, il la taggue avec des termes de skybloggueuse en goguette « Scene moods », « Peaceful », « Tranquility », « Fresh », « Purity », « Serenity » … Puis il la vend à une banque d’images, Corbis.

C’est Corbis qui la revend à Microsoft alors en plein développement de Windows XP. Corbis n’est qu’une des multiples propriétes de Bill Gates, mais ce n’est qu’anecdotique. Là quelqu’un en fait le wallpaper par défaut du système d’exploitation. A quatre cent millions d’exemplaires vendus, la colline de Napa devient l’image la plus diffusée du monde ou presque.

Il y a quelque chose de fascinant, je crois, dans le fait de savoir qu’on a replanté des vignes, et qu’on est redevenu presque moche et surtout anonyme.

Pas retouchée. Pas maquillée. Nature. 

 

 

22 réflexions sur “« Sur terrain plat, de simples buttes font effet de collines » – Karl Marx

  1. Tu sais que ce blog est de plus en plus génial ?
    Je sais pas comment tu fais pour aller dénicher des anecdotes véridiques et intéressantes sur des trucs auxquels personne ne pense (je pensais aussi que c’était du 100% photoshop), j’imagine qu’en fait c’est pas si compliqué, qu’il suffit d’être curieux et de se lancer.
    N’empêche, bravo et puis merci pour l’info !

  2. Quand j’étais petite je me disais que plus tard je comprendrais tout le temps de quoi mes parents parlaient. Eh ben je suis toujours pas adulte on dirait.

    • Ben vois-tu ma chère fifille, il y a de grandes chances que tu saches de quoi je parle bien avant la grande majorité des fidèles lecteurs de « Maximgar revisite ses classiques ».

      • Un rapport avec le barbe bleue d’Offenbach ? (merci google et wikipedia)

        Tu sais que ta culture m’impressionne chaque jour davantage ?

        • A l’origine il n’y avait aucun rapport… mais si je mène mon projet à bout, et Fifille en sait quelque chose de ma manière de mener mes projets partout ailleurs, il y en aura un.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s