« Mourir ! Dormir ! et rien de plus » – Prince Hamlet

Que savez-vous d’Hamlet ? En général « to be or not to be : that is the question »… « être ou ne pas être, telle est la question » et puis rien d’autre.

On a beau dire, mais la pièce la plus connue de Shakespeare semble ne tenir qu’en une seule phrase, et on a connu des moments de gloire bien plus conséquents. Il peut donc s’avérer judicieux de se porter plus avant sur la trame de cette tragédie passionnante et ô combien passionnée, qui embrase le théâtre d’un baiser dramatique dont l’ardeur n’a d’égal qu’un coup de soleil un jour de plage où on est parti sans autre crème qu’un Labello fondu.

Pour bien commencer, sachons qu’Hamlet est le Prince Hamlet, car son père, le Roi Hamlet est aussi Hamlet, quoique pas très longtemps. En effet l’oncle d’Hamlet, autrement dit le frère d’Hamlet tue le père de son neveu, son frère, qui est par ailleurs sûrement le fils de son père. Cet oncle d’Hamlet, c’est Claudius, et il devient rapidement le beau-père de son neveu, puisqu’il épouse la femme de son frère qui n’est autre que la mère du Prince, Gertrude. Le Prince Hamlet sommé par le spectre de son père, se doit de venger ce dernier, et pour se faire, il feint la folie. Folie d’autant plus furieuse que le Prince Hamlet souffre d’une procrastination telle que vous remettrez à demain toute idée d’aller voir ce que ce mot signifie dans votre dictionnaire.

Arrivé à ce stade du résumé, une évidence s’impose : Shakespeare a tout pompé sur le Roi Lion !!!

En effet, Mufassa le Roi des Lions est assassiné par son frère Scar, qui récupère la tribu, fait de l’épouse de feu son frère la reine de la chasse et évince son neveu Simba qui part en exil manger des larves et chanter Hakuna Matata avec une mangouste à tête de suricate et un phacochère pétomane. Simba sera d’ailleurs hanté par le fantôme de son père au cours d’une murge phénoménale dont aucun spectateur ne s’est jamais remis.

Evidemment, ce n’est pas la première fois que Willy (à savoir William Shakespeare) pompe allègrement dans la culture pop, pour se faire mousser avec des pièces barbantes : n’avait-il pas déjà largement contrefait West Side Story pour monter son Roméo & Juliet ? Le Roi Lear n’est-il pas une pâle copie du chef-d’œuvre fleuve nippon ni rivière féodal d’Akira Kurozawa Ran ? Et pire que tout, La Mégère Apprivoisée ressemble trait pour trait à Dix bonnes raisons de te larguer d’Andrew Lazar. Mais nous ne sommes pas là aujourd’hui pour faire le procès d’un dramaturge dont la pièce la plus connue n’est connue que pour une phrase, comme nous l’évoquions par ailleurs.

Le Prince Hamlet est donc tourmenté par le fantôme de son père, qui n’a pas trouvé meilleur ambassadeur pour sa vengeance. « Claudius m’a empoisonné, venge-moi. » Voici les mots qui troublent le Prince Hamlet et qui le poussent vers son funeste destin. Il ne dit ni une ni deux, il feint la folie. Puis il organise une pièce de théâtre retraçant le meurtre de son père, espérant lire sur le visage de son oncle la confirmation de la véracité des faits. Assuré de la culpabilité de ce dernier il essaye de le tuer, mais il se trompe et estourbit mortellement le chancelier dont il kiffait un peu la fille. Condamné à l’exil, il est exilé, mais son bateau échoue, alors que sa promise se suicide, ce qui énerve un peu plus son frère qui était bien énervé par la mort de son chambellan de père. Au bout de quatre heures tout le monde est mort, sauf Horatio le pote d’Hamlet qui ne tardera pas à finir chez les Experts à Miami et qui raconte toute l’histoire à un Roi voisin qui débarquait pour exploser le Danemark, et qui se rend compte que Marcellus, un personnage secondaire qui passait par là au premier acte avait bien raison : « y a quelque chose de bien pourri dans le Royaume du Danemark. »

Finalement, même après une brève explication, vous ne savez toujours rien d’Hamlet, héros feignasse et lâche, indécis mais lucide.

5 réflexions sur “« Mourir ! Dormir ! et rien de plus » – Prince Hamlet

  1. Gné mais ça fait des phrases super longues !

    Voilà quelque chose de fort drôle sur Hamlet, par Hugh Laurie et Rowan Atkinson, mais étrangement, je ne l’ai pas retrouvé en français :
    http://m.youtube.com/watch?gl=FR&warned=True&client=mv-google&hl=fr&v=RQYRoUbVcR8 (mais sous-titré en anglais)

    Et sinon, ça c’est pas sur Hamlet mais sur Shakespeare et c’est fabuleux :
    http://m.youtube.com/watch?gl=FR&warned=True&client=mv-google&hl=fr&v=S_n1uQy5GWE

    • Ce qui est vraiment très drôle, c’est que quand le Roi Lion est sorti en salles, un des thèmes de campagne de Disney était le suivant :

      « C’est notre première histoire originale. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s